J’aurai pu m’en douter en regardant les dimensions de tissu nécessaires et comprendre de suite que ce sac n’avait pas vocation à être porté en bandoulière.

Sac en bandoulière

A vous de juger ! Non mais sincèrement, qui arrive à porter ça en bandoulière ? sauf si, comme Barbie, vous pouvez facilement vous retirer un bras et le replacer ensuite …

Le niveau de difficulté noté dans le livre est de 2 et je dirais que c’est un minimum. Ce n’est pas qu’il est difficile à réaliser mais les explications ne sont pas si simples à comprendre ou alors c’est moi qui bloque dessus et quand je bloque, bah je bloque !

En tout cas, les débutantes doivent s’abstenir et passer à un modèle dont l’explication est plus simple.

Vous l’aurez compris, vous ne le porterez pas en bandoulière et ne mettrez pas grand-chose dedans à part peut-être et c’est là que l’idée est bonne, y placer votre ouvrage en cours de réalisation. Une broderie délicate, un tricot layette (oui, on oublie 15 pelotes de Rapido pour réaliser un gilet carré en taille 46, ça ne rentrera pas) ou du crochet ! Très bien le crochet, deux grosses bobines de coton, un crochet et le sac est plein.

Sac bandoulière

Concernant le choix des tissus et des petits matériaux j’ai pris le parti de lui donner un air campagno-chalet ! Nouveau terme pour dire que ce petit sac va très bien dans un univers nature, bois, pierre (un peu chez moi tiens ! mais il ne sera pas pour moi …)

Donc un peu de lin d’ameublement (pour son côté plus rigide) associé à un coton vichy rouge petits carreaux (très petits carreaux) un bouton rouge qui claque et surtout tout simple (mais beaucoup moins nature, oui, là j’ai recyclé et pioché dans mes 12 kg de boutons qui n’attendent qu’une bonne idée pour prendre l’air) et un morceau de ficelle pour faire la bride-boutonnière.

Finalement je l’aime bien ce petit sac, j’espère qu’il ravira le gagnant du jeu « trouver le blog de Cathy » ou qu’il soit offert à Noël à une femme qui apprécie les belles choses.

100_9308

100_9309

100_9311